Nouvelle exposition : Echoes de Despo Sophocleous

Cliquer sur ce lien pour découvrir son oeuvre: Despo Sophocleous

Du 10 novembre au 1 décembre 2017, la Galerie Noel Guyomarc’h met à l’honneur l’artiste canadienne Despo Sophocleous avec sa toute nouvelle exposition : « Echoes ». La soirée de vernissage se tiendra le vendredi 10 novembre à partir de 17h.

« Le corps ne montre pas sa mémoire, elle y est cependant inscrite. » Un paradoxe que Despo Sophocleous explore à travers son nouveau corpus d’oeuvres, poursuivant ainsi ses recherches sur le temps et la mémoire des lieux. Pour exprimer ces idées, l’artiste a conçu une série de pendentifs constitués de pièces de bois et de fils de coton, des pièces créées de manière à ce que chacun doive adapter le bijou à son propre corps. Une fois porté, le pendentif prend « vie », produisant du son et du mouvement et devenant par là même « l’écho », le souvenir, la trace d’un lieu et d’un temps spécifique.

                  Echoes 9, 2017 Noyer, coton 19 x 12.5 x 5.5 cm

Privilégiant des bois résilients tel que le noyer, le cerisier ou le frêne, Despo construit des éléments individuels complexes, parfois vides, parfois pleins, qu’elle assemble ensuite par des joints invisibles. Le bijou suit le mouvement du corps et se fait entendre par de petits sons rappelant constamment sa présence. La composition architecturale des pièces, combinée au bruit qu’elles produisent, deviennent ainsi la trace et le souvenir tangible des lieux qu’elles représentent. L’artiste laisse par ailleurs des annotations crayonnées sur certains éléments, jouant ainsi avec l’idée que nous laissons toujours une trace de notre présence et de nos actions derrière nous.

Agissant comme cartographe, elle met en relief ces lieux que l’on imagine ou que l’on croit s’imaginer, explorant l’idée que la mémoire, tantôt si juste, peut être aisément manipulée et transformée par la force de nos souvenirs. Ce qu’elle nous offre, c’est la représentation d’un espace généralement tenu pour réel, alors même que lorsqu’un lieu et une personne se rencontrent, le souvenir de ce lieu s’installe, survit, se transforme, mais aussi parfois s’estompe.

Née en 1977 , Despo Sophocleous a d’abord fait des études en philosophie et en anthropologie à l’Université du Cap-Breton à Sydney en Nouvelle-Écosse avant de se tourner vers le bijou contemporain. Elle entame en 2004 un Baccalauréat en art avec mention en design et orfèvrerie au Nova Scotia College of Art and Design à Halifax. C’est dans le cadre de ce cursus qu’elle effectue un échange à l’Université Pforzheim en Allemagne à la faculté de design en 2006. Finalement, de 2008 à 2015 elle poursuit son travail de recherche et d’expérimentation à l’Académie des Beaux-Arts de Munich auprès de Otto Künzli, créateur de bijou contemporain de renom.

                Echoes 6, 2017 Noyer, coton, 17.5 x 13 x 6 cm

Cette artiste s’est value de nombreuses distinctions dont le prestigieux prix Herbert Hofmann en 2012 à Munich durant Schmuck, événement international le plus important dans le domaine du bijou contemporain. Elle y participera à nouveau, ayant été sélectionnée pour l’édition 2018. Quelques années auparavant, en 2008, la qualité de son travail a aussi été soulignée par le prix Nova Scotia Talent Trust du Lieutenant-Gouverneur qui est décerné à des jeunes artistes prometteurs. De plus, Despo est récipiendaire d’un nombre considérable de bourses d’étude dont la Deutscher Akademischer Austausch Dienst Graduate Scholarship. Ses créations ont été présentées dans de nombreuses institutions publiques et privées. Elle a pris part à plus d’une quarantaine d’expositions collectives et individuelles en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. La Pinakothek der Moderne, le musée d’art moderne de la ville de Munich ainsi que le CODA Museum d’Apeldoorn, aux Pays-Bas, se sont portés acquéreurs de son oeuvre.

                   Echoes 13, 2017 Frêne, coton , 16.5 x 10 x 4 cm

En 2014, elle fait partie de l’exposition « Des bijoux contemporain hors du commun » présentée au Lab Design du Musée des Beaux-Arts de Montréal, organisée par Diane Charbonneau, conservatrice des arts décoratifs du musée et par Noel Guyomarc’h. En 2015, la Galerie Marzee située à Nijmegen aux Pays-Bas accueille sa première exposition individuelle. En 2016, l’historienne d’art et curatrice Ellen Maurer-Zilioli invite Despo avec 35 autres artistes à « Private Confessions », une exposition rassemblant croquis, dessins et installations, qui illustrent leur processus créatif respectif. Présentée en primeur au CODA Museum et ensuite à Munich au Villa Stuck Museum en 2017.

La Galerie est heureuse de présenter cette nouvelle série d’oeuvres en primeur avant leur départ pour Séoul avec celles d’une dizaine d’autres artistes canadiennes.

L’exposition se tiendra à la Galerie Noel Guyomarc’h du 10 novembre au 1er décembre 2017.